Décrivez votre parcours universitaire

        J'ai obtenu un Bac B (actuel Bac ES) en 1994. Je suis ensuite entrée à l'Université de Nantes pour un DEUG, puis une Licence d'Histoire. J'ai poursuivi par une Maîtrise (actuel Master 1) puis un DEA (actuel Master 2) en histoire contemporaine sur les religieuses en mission ouvrière.
        Après le DEA, je me suis consacrée à la préparation du CAPES d'histoire-géographie à l'IUFM de Nantes, devenu depuis l'ESPE (École Supérieure du Professorat et de l'Éducation), avant de l'obtenir en 2002.

Présentez votre parcours professionnel

       J'ai réalisé mon année de stage dans un collège de Rezé près de Nantes (2002-2003). J'ai été nommée l'année suivante dans l'académie de Versailles, à Rambouillet, sur un poste fixe dans un collège. En 2004-2005, je suis revenue dans l'académie de Nantes, à Château-du-Loir (Sarthe). Par la suite, j'ai enseigné six ans à Donges en collège, avant de revenir, en 2011, à Rezé sur un poste fixe mais partagé entre deux établissements.

        La plupart de mon expérience s'est faite auprès de publics en difficultés sociales pour qui l'école a peu de sens. Il faut donc adapter sa pédagogie afin d'intéresser les élèves, rendre vivante notre discipline. Pour cela, il faut tenir compte des situations des élèves mais aussi que notre discipline se complète avec les autres. Le travail en équipe disciplinaire et interdisciplinaire est alors indispensable.
        Au niveau de la gestion de classe, rien n'est acquis et l'expérience est importante tant personnelle que celle des autres. J'ai pu m'apercevoir que les difficultés que je rencontrais avec certaines classes ou élèves étaient souvent partagées par d'autres collègues. Il faut alors avoir la modestie de dire quand cela ne va pas avant que la situation n'empire.
       Le plus dur avec des collégiens est de garder à l'esprit qu'ils sont dans une période propice à la rébellion, avec une projection dans l'avenir quasi nulle car ils vivent souvent dans l'instant présent. Ils sont aussi très souvent dans l'affectif. Les paroles d'un adulte peuvent très souvent être mal interprétées. Des situations conflictuelles peuvent alors se créer qui peuvent mettre en difficultés le prof, seul face à la classe.

Il n'en demeure pas moins que enseignant reste un beau métier mais qu'il faut avoir conscience des difficultés pour continuer à l'exercer avec plaisir.

Quelles compétences, acquises lors de votre cursus en histoire, êtes-vous amené(e) à utiliser dans votre profession ?

        L'esprit de synthèse et la prise de recul m'aident régulièrement pour construire mes cours mais aussi analyser les différentes situations qui surviennent.
        La remise en cause régulière de mes connaissances et de mon travail ainsi que la recherche de l'objectivité, sont aussi importantes, toujours pour l'élaboration et l'analyse.