Décrivez votre parcours universitaire

         Passionné depuis l'enfance par l'histoire, je me suis naturellement orienté vers cette voie à la suite d'un baccalauréat ES. La Licence d'Histoire en poche, et n'ayant pas alors encore défini de projet professionnel, j'ai opté pour le master recherche qui m'attirait beaucoup. J'avais déjà choisi mon thème de prédilection : la traite négrière nantaise. Mes deux mémoires de recherche (2007 et 2008) relatifs au sort des gens de couleur à Nantes au XVIIIe et XIXe siècle furent rédigés sous la direction d'Erick Noël, aujourd'hui professeur à l'Université des Antilles et de Guyane.
        Ces deux années de master ne m'ont pas ouvert de véritables débouchés professionnels, mais m'ont fait connaître « le goût de l'archive », cette ivresse de la recherche mariée aux charmes des documents des temps passés. Je me suis petit à petit rendu compte que j'avais trouvé ma voie : je serai archiviste.

Présentez votre parcours professionnel

        Faute d'une première expérience dans un centre d'archives, je n'ai pas pu intégrer directement un M2 Archives. Toutefois, dans le cadre d'une formation administrative, j'ai réussi à décrocher un stage dans un centre d'Archives départementales. Je m'y suis trouvé dès le premier jour comme un poisson dans l'eau, et y ai finalement travaillé durant plus de trois années comme contractuel, complété par six mois comme responsable des archives de la préfecture du même département. J'ai ensuite décidé de me réinscrire au M2 d'archivistique d'Angers pour renforcer mon bagage théorique. Ce type de diplôme est aujourd'hui le passage obligé pour une carrière d'archiviste, mais est très complémentaire avec un Master recherche en histoire : le mieux, c'est d'obtenir les deux M2...
         Fort de ce diplôme et de mes expériences antérieures, je suis depuis juillet 2015 responsable des archives de l'université de Nantes. J'accompagne les services de l'université dans l'organisation de leurs documents (papier comme électronique) en développant des outils de gestion. En lien avec les Archives départementales de Loire-Atlantique, je collecte les traces de la vie universitaire et de la recherche dans le but de constituer et de préserver notre mémoire commune, pour qu'un jour des nouveaux historiens en herbe puissent s'en nourrir. Ironie de l'histoire, les bureaux de mon service sont situés rue Kervégan dans l'hôtel Grou, du nom d'une grande famille négrière nantaise que j'ai souvent croisée dans mes recherches.

Quelles compétences, acquises lors de votre cursus en histoire, êtes-vous amené(e) à utiliser dans votre profession ?

         Historien et archiviste sont deux métiers différents mais complémentaires : le premier étudie les fonds, le second les organise et les décrit pour en restituer et en diffuser le contenu.
        L'archiviste doit posséder des connaissances historiques et culturelles solides pour replacer dans un contexte précis les documents qu'il décrit pour les rendre accessible au public. De même, savoir mener une recherche bibliographique est un outil puissant pour se documenter en vue du traitement d'un fonds d'archives. Enfin et peut-être surtout, c'est sa capacité d'esprit critique et de remise en question continuelle des fonds qui aide l'historien à devenir un bon archiviste.