RENAISSANCE ET HORIZONS

La Plume de Tertre, née trois ans auparavant, connaît un grand changement à l’aube d’une nouvelle décennie. Ce quinzième numéro, qui arrive tardivement durant cette année universitaire, est le fruit d’une reformation plus moderne,  plaisante et en accord avec l’idée de tous ceux qui participent au projet. Ce journal est avant tout une aventure humaine, je tiens donc à remercier toutes les plumes qui, dessinent, écrivent ou entourent ce journal : Eloïs, Timothée, Emilie, Pauline Lemoine et Pauline Larrieu, Iness, Rémy, Titouan, Anne et Marjorie. Dans les grandes lignes, l’équipe a voulu offrir un journal plaisant, agréable et transparent. Ce projet est avant tout un échange entre des plumes, qui sont celles d’étudiantes et étudiants qui arpentent les couloirs du bâtiment Tertre, et des lecteurs permanents ou curieux. Notre but : offrir pour le plaisir de lire, de s’instruire, de s’intégrer à l’université. Si la Plume est sous la tutelle du BDE HHAA, elle souhaite plaire, non seulement à l’ensemble des sciences humaines, mais surtout à l’ensemble du campus Tertre. Si l’histoire, l’histoire de l’art et l’archéologie restent les sujets principaux du journal, la lecture peut aussi bien intéresser un enseignant-chercheur, un étudiant en master, un nouveau bachelier entrant en Licence ou un inconnu qui passe par le bâtiment Tertre. La Plume de Tertre, qui bat au rythme de l’université, dépasse bien le cadre de l’UFR HHAA.
Pour parvenir à répondre à nos attentes, la Plume a dû faire quelques modifications. Elle change de forme avec une nouvelle page de couverture, une mise en page moderne et un véritable changement dans son organisation. Touchant aussi bien au fond qu’à la forme, la classification par rubrique assure une lecture claire et limpide. Trois catégories, dans un ordre précieux, voulu, pour calquer le cadre universitaire et l’effervescence de savoir qui s’y concentre : l’humain, la   recherche et la culture. Ces trois axes convergent pour donner une vision d’ensemble à n’importe quel acteur du cadre universitaire et, surtout, pour les étudiants, qui trouveront des solutions. Je suis fier de vous souhaiter, au nom de l’ensemble de l’équipe, une lecture divertissante et fertile.

UNE NOUVELLE EQUIPE
La plume a déjà connu une équipe très complète. Je suis bien sûr un rédacteur qui reconnaît le travail formidable de l'ensemble de l'équipe qui a succédé à la génération passée. On remercie Leïna Khelladi d'avoir maintenu la Plume et
d'avoir trouvé une possibilité pareille. J'aimerai personnellement remercier le travail Margo Magny, qui a donné beaucoup de son temps à cette entreprise. Dans un second temps, il est important de remercier le BDE HHAA qui a proposé une couverture plus large pour ce mensuel. La collaboration a été accentuée grâce à la présence d'Emilie Demonfaucon dans l'équipe et grâce également à une réunion entre Josselin Potiron, président du BDE, et moi même pour conduire, sur une même vision, ce journal. Bien sûr, la première version ne sera pas le meilleur résultat, mais je remercie l'effort de toute l'équipe malgré la situation difficile.

 
PAR AYMERIC HIMBERT

Retrouvez aussi les anciens numéros de la "Plume du Tertre" :