Communication de la directrice de l’UFR, à propos du confinement.

Nantes, le 25 novembre 2020

Chères étudiantes, chers étudiants,
Bien que les informations des médias nationaux en parlent assez peu, sans doute parce qu'ils partagent la hiérarchie des préoccupations gouvernementales qui place les difficultés de l'économie des sports d'hiver et des salles de sport avant l'enseignement supérieur et les problèmes des étudiants, vous savez probablement que les annonces faites hier par le Président de la République ont bien fait comprendre que vous devriez pouvoir revenir sur les campus à compter du mois de février 2021: au mépris des calendriers académiques comme des études universitaires, il semble acté que les universités seront les derniers lieux à revenir à la fréquentation normale, deux semaines après le déconfinement de tous les autres.

Dont acte. Je suis évidemment extrêmement désolée, pour vous comme pour nous tous, et au-delà de l'agacement.

Je tenais toutefois à vous assurer que l'Université de Nantes comme l’ensemble de l’équipe de l'UFR Histoire, histoire de l'art et Archéologie vont évidemment poursuivre leurs efforts pour faire en sorte de fonctionner au mieux dans ce contexte dégradé.

Sachez également que nous reviendrons très prochainement vers vous pour préciser les modalités de fonctionnement des examens de janvier. De même, le moment venu, nous vous informerons du fonctionnement du 2ème semestre et les éventuelles adaptations liées aux consignes nationales.
En attendant, je vous souhaite de maintenir votre motivation, et de continuer, malgré tout, à travailler avec persévérance et courage.

Bien à vous,
Annick Peters-Custot


 

Message du 2 novembre 2020

Nantes, le 2 novembre 2020

Chers et chères étudiant(e)s,

Nous sommes revenus aux heures tristes du confinement, et même si l’université n’est pas fermée, et que tous vos enseignants et les personnels font leur possible pour maintenir du mieux possible les missions d’enseignement et de recherche qui font la moelle de l’université, les modalités de cet enseignement et de l’interaction avec vous, qui êtes au cœur de nos préoccupations, sont considérablement modifiées, et ce dans une version qu’on ne saurait qualifier autrement que par le qualificatif de « dégradée ».
Je ne saurais, avant toute chose, passer sous silence le fait que, pourtant, jusqu’ici, personnels administratifs et enseignants et vous, chers et chères étudiant(e)s, aviez respecté avec un grand sens des responsabilité les dispositifs sanitaires arrêtés par la Présidence de l’université, en accord avec l’ARS, ce qui nous a permis de sauver, au moins pour les premières semaines du semestre, la totalité des cours en présence pour les cohortes « réduites » (celles comptant moins de 60 étudiants). Au moment de pratiquer un confinement quasi-complet des activités pédagogiques, je suis heureuse de dire combien l’attitude et l’intelligence collectives qui furent à l’œuvre nous donnent de satisfactions rétrospectives.
Pour autant, nous ne renonçons en aucun cas à œuvrer à la transmission des connaissances, des méthodes et des compétences que vous êtes venus rechercher à l’université de Nantes et, en l’occurrence, à l’UFR d’Histoire, Histoire de l’art et Archéologie. La détermination collective est forte et ferme dans ce but.
Je rappelle ici rapidement les principes essentiels de la période qui commence le 9 novembre, avec la reprise des cours :
Les cours sont tous prodigués à distance, selon des modalités définies par chaque enseignant, qui vous les communiquera selon les moyens appropriés. Cet enseignement à distance concerne donc désormais, malheureusement, les TD, enseignements de langues., etc. Il est donc toujours plus important de signaler vos difficultés d’accès à la plate-forme Madoc et au numérique, afin que nous trouvions les moyens de contourner ces limites pour chacun d’entre vous. Il n’est pas question que des étudiants et des étudiantes voient leur formation être dégradée pour ces raisons.
"Les examens de contrôle continu font actuellement l'objet d'une réflexion globale afin de ne pas pénaliser ceux qui, parmi vous, auraient quitté Nantes pour le confinement".. Les stages sont également maintenus, lorsqu’ils peuvent avoir lieu dans des conditions sanitaires satisfaisantes.
Les Bibliothèques de l’université vont rouvrir, afin de permettre, sur rendez-vous, l’emprunt de livres et l’accès aux salles de lecture (à raison, toujours, d’une jauge de 50 % de leurs capacités).
Les agents administratifs pratiqueront désormais, sauf exception, le télétravail, qui est donc la norme. Toutefois, il vous est toujours possible de joindre les secrétariats pédagogiques via le formulaire mis en place à la rentrée, qui permettra éventuellement la mise en place de contacts directs.
Les services de santé universitaire restent ouverts et il est important que vous puissiez les contacter. Il est également prévu que la restauration universitaire continue de fonctionner, mais uniquement pour des repas à emporter.

Nous sommes tous conscients que la clef pour passer, sinon dépasser ce contexte délicat, est la communication et l’écoute. Toute l’UFR est donc mobilisée pour assurer au mieux la transmission, la plus rapide possible, des informations, notamment si l’évolution de la crise sanitaire impose de nouvelles restrictions ou, à l’inverse, quand la situation redeviendra normale, ce que tout le monde espère.

Soyez certains de la mobilisation de tous et toutes pour assurer au mieux la vie collective d’un corps universitaire dont vous faites pleinement partie, et dont vous êtes la principale raison d’être. De votre côté, soyez patients face aux difficultés que nous ne manquerons pas de rencontrer, et soyez prudents pour vous, vos proches, votre entourage.

Annick Peters-Custot
Directrice de l’UFR HHAA